À bas l'humanité Avatar

2 Notes

Scout Niblett - Just do it

Live On The Beat - BBC.

Notes

Just favorited Surfin’ USA by jokerwoman on Mixcloud

Notes

Le péché originel

"Demain on aura tout ça sur la télé"

Notes

11506 Notes

Word.

Word.

10 Notes

indiectators:

Atlas #1 : Marie

Cette semaine, nous allons parler d’atlas.

Cette semaine, pour parler d’atlas, nous avons invité des gens que nous aimons lire, ou voir, ou entendre, et dont nous goûtons les regards. On commence aujourd’hui avec Marie Richeux.

Voilà ce que l’atlas lui inspire : un voyage au cœur de la musique tindi, cette vieille musique qu’on retrouve de part et d’autres des frontières du Mali, du Niger et de l’Algérie.

En route.

—-

Ça passe par là, et aussi par là, ça traverse ce désert précisément et sans boire.

Cette note entre en résonance avec une note que j’ai, disposée ici, depuis la nuit des temps, coincée entre la gorge et l’omoplate, et dont je ne connaissais pas jusqu’à la couleur, jusqu’à ce jour, jusqu’à l’écoute. 
Le son trace des cartes internes que je décalque et superpose, et dont je découvre, immédiatement ou des milliers de jours plus tard, la profondeur de champ.

Le son fait que je me rejoins en un point et que je tremble. Lorsqu’un rythme se met à battre, par magie ou par hasard, sur un rythme qui préexistait, dans les alvéoles secrètes et gardées de mon histoire, alors l’oscillation s’emballe, et la pluie fait déborder la nappe. 

L’atlas vaut pour tracé qui trahit. Des lignes sans mot, qui connectent les coordonnées, faisant de nous des êtres, des existants, des espaces reliés. Je prends maintenant un par un  les grains de beauté de ton dos je les lie au stylo, demain je fais pareil et le dessin est différent, et cela me déplace.

J’ai souvenir d’une musique joué par des femmes, et des hommes. Je les vois devant une porte. Je les vois seules et libres, exactement entre une porte et l’espace, et leurs joues impriment des atlas de vieillesses. Elles chantent. Elles jouent du tambour. 

Lorsque je les ai entendues, j’ai cru les avoir entendues avant. Dans un autre point. Je pensais immédiatement Cela ressemble à un poème que j’ai appris avant de naître. Alors c’est effrayant autant que sublime, ce fredon. Alors de temps en temps je demanderai, Tu te souviens ces femmes, tu souviens cette musique qu’on écoutait dans la vallée du Mzab. Te souviens-tu de cette musique que nous poussâmes très fort dans un parking souterrain à Alger ? Et je chercherai devant la carte, le doigt sur la carte. Je chercherai jusqu’à confondre mon ivresse avec la leur, jusqu’à défaire nos noms de pays. Jusqu’à leur donner un dess(e)in de montagnes.

Un grand merci à Arnaud Contreras pour ses enregistrements venus tout droit de là-bas s’impose.

1 Notes

And We Made The Room Shine

Un film sur le label Constellation par François Clos et Thomas Lallier pour La Blogothèque.

3 Notes

Dernier Croissant (phase descendante, 22,1% visible)

J’ai dormi sans broncher une fois au lit. Ce n’était même pas tard. Je me suis réveillé une minute avant le réveil. Ni fatigué ni reposé. Comme si le sommeil n’avait pas été plus qu’une mise en veille. On éteint l’écran pour limiter les impacts environnementaux marginaux, mais on laisse l’alimentation tourner et le gros de l’énergie en circulation. Quelque chose de comparable à une batterie défectueuse semble s’être allumé hier soir vers 20h57 dans ma cage thoracique et y déverser une lave chargée d’électricité. Le sommeil -sans rêve, si ce n’est une désagréable démangeaison sur l’épiderme du bras gauche vers 2h37 n’a pas endigué la fuite.

Notes

Notes

Coups de cœur